Logiciel libre / propriétaire: la démystification

De L'Arche
Aller à : Navigation, rechercher

Ayant encore eu droit récemment au florilège des idées toutes faites, des arguments bidons, des "tu la sens bien ma grosse statistique sortie de mon cul", j'ai décidé de ne plus m'emmerder à répondre éternellement aux mêmes conneries qui me font perdre mon temps. Désormais à chaque fois qu'on me sortira une énormité, j'écrirai la réponse ici comme ça à la fin je n'aurai qu'a forwarder cette page. L'objectif final étant de pouvoir utiliser mon temps à des activités intellectuellement plus enrichissantes que de gaspiller ma salive.

Avant de commencer le festival, je veux éclaircir certains points:

  • Moi, Arkaan, suis certes l'initiateur de la page (bien que j'associe Djidane à l'idée) mais j'espère ramener au moins une ou deux personnes à compléter cet article pour qu'il n'y est pas que mes arguments et que rien ne soit oublié.
  • Oui, je me considère comme un connard de libriste, j'ai un autel dédié à Tux sous mon lit et je me laisserai bien pousser la barbe si le rendu était pas si dégueulasse.
  • Mais je suis aussi tout à fait capable de comprendre les enjeux du marché et en particulier la logique des logiciels propriétaires. Je suis tout à fait près à avoir un débat constructif dans la mesure où ça ne vire pas à un débat de politiciens utilisant les trois mêmes arguments périmés depuis vingt ans.

Donc sans plus attendre, voici les arguments que je ne veux plus jamais entendre accompagnés de la raison pour laquelle ils sont juste totalement foireux.

Dans le logiciel libre est accessible mais comme toi t'as pas le niveau pour le lire, bah ça te sert à rien

La crypto libre ça sert à rien puisque tu balances la méthode de cryptage à tout le monde

L'avantage d'un produit payant par rapport à un produit libre, c'est surtout le SAV et un support technique

Cette phrase particulièrement classique contient à elle seule deux énormes bullshit.

  • Richard Stallman, père du logiciel libre répète régulièrement: "free software means free like freedom not like free beer". Et là la supériorité du français, on dit un logiciel libre et non pas gratuit. Certes la majorité des logiciels libre sont aussi gratuit puisque par nature un logiciel libre peut être redistribué et donc difficilement commercialisable.
  • La deuxième partie sous-entend que donc seul les logiciels que vous avez payez (propriétaires?) offre du support et les logiciels libres donc pas.

Pour répondre au deuxième point, allons chercher la bible des logiciels libres: le manifeste GNU. Comme je suis feignant, je copie-colle la réponse donnée dedans:

"Si les gens préfèrent acheter GNU avec du service après-vente, plutôt que d'obtenir GNU gratuitement sans service, une entreprise qui proposera uniquement du service à ceux qui auront obtenu GNU gratuitement devrait être rentable (4).

Nous devons faire la distinction entre le support en termes de réel travail de programmation et la simple assistance. On ne peut pas compter sur le premier de la part d'un fournisseur de logiciel. Si votre problème n'est pas suffisamment répandu, le fournisseur vous enverra balader.

Si votre société a besoin d'un support fiable, la seule solution est d'avoir toutes les sources et tous les outils nécessaires. À partir de là, vous pouvez engager n'importe quelle personne disponible pour régler votre problème ; vous n'êtes pas à la merci de quiconque. Avec Unix, le prix des sources rend cette solution inabordable pour la plupart des sociétés. Avec GNU ce sera facile. Il serait éventuellement concevable que personne ne soit disponible, mais les modalités de distribution ne sont pas responsables de ce problème. GNU ne résout pas tous les problèmes de la planète, mais seulement quelques-uns.

En attendant, les utilisateurs qui n'y connaissent rien en informatique ont besoin d'assistance, besoin qu'on fasse à leur place ce qu'ils pourraient facilement faire eux-mêmes si seulement ils s'y connaissaient.

De tels services pourraient être proposés par des sociétés qui ne font que de l'assistance et du dépannage. S'il est vrai que les utilisateurs préfèrent dépenser de l'argent pour un logiciel intégrant un service après-vente, ils seront aussi d'accord pour payer simplement le service, ayant obtenu le logiciel gratuitement. Les sociétés de service se feront concurrence sur la qualité et le prix de leurs prestations ; les utilisateurs ne seront pas tributaires d'une société particulière. En même temps, ceux d'entre nous qui n'ont pas besoin du service devront être en mesure d'utiliser le logiciel sans payer le service."

En résumé l'une des façon de faire de l'argent avec un logiciel libre, n'est pas de le vendre mais de vendre du support. Pour exemple on peut citer: Red Hat, Canonical Ltd., Mandriva, Novell, et la flopée de PME française qui surfent sur cette vague.

Cette phrase est donc juste une preuve de totale ignorance de ce qu'est le logiciel libre.


Le logiciel libre c'est moins pérenne que les logiciels propriétaires